hrcak mascot   Srce   HID

Izvorni znanstveni članak

L'évangéliare bosnien de Kopitar dans l'ensemble des questions concernant l'église bosniaque

Jaroslav Šidak

Puni tekst: hrvatski, pdf (41 MB) str. 47-63 preuzimanja: 404* citiraj
APA 6th Edition
Šidak, J. (1955). Kopitarovo bosansko evanđelje u sklopu pitanja "crkve bosanske". Slovo, (4-5), 47-63. Preuzeto s https://hrcak.srce.hr/13666
MLA 8th Edition
Šidak, Jaroslav. "Kopitarovo bosansko evanđelje u sklopu pitanja "crkve bosanske"." Slovo, vol. , br. 4-5, 1955, str. 47-63. https://hrcak.srce.hr/13666. Citirano 13.07.2020.
Chicago 17th Edition
Šidak, Jaroslav. "Kopitarovo bosansko evanđelje u sklopu pitanja "crkve bosanske"." Slovo , br. 4-5 (1955): 47-63. https://hrcak.srce.hr/13666
Harvard
Šidak, J. (1955). 'Kopitarovo bosansko evanđelje u sklopu pitanja "crkve bosanske"', Slovo, (4-5), str. 47-63. Preuzeto s: https://hrcak.srce.hr/13666 (Datum pristupa: 13.07.2020.)
Vancouver
Šidak J. Kopitarovo bosansko evanđelje u sklopu pitanja "crkve bosanske". Slovo [Internet]. 1955 [pristupljeno 13.07.2020.];(4-5):47-63. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/13666
IEEE
J. Šidak, "Kopitarovo bosansko evanđelje u sklopu pitanja "crkve bosanske"", Slovo, vol., br. 4-5, str. 47-63, 1955. [Online]. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/13666. [Citirano: 13.07.2020.]

Sažetak
L'évangéliare bosnien de Kopitar dans l'ensemble des questions concernant l'église bosniaque
Le tétraévangéliaire bosnien de la bibliothèque de Kopitar (conservé aujourd'hui à la bibliothèque universitaire de Ljubljana) provenant selon toute probabilité du commencement du 15e siècle, n'était étudié, jusqu'alors, que très superficiellement. On faisait plutôt attention aux enluminures dont il est relativement très richement décoré. L'auteur n'aborde pas la question du manuscrit en tant que slavisant mais en historien, qui désire fixer sa valeur par rapport au fait dans quelle mésure ce manuscrit peut contribuer à éclaircir l'apparition de l'église hérétique "crkva bosanska" et sa doctrine. Après avoir décrit le manuscrit plus soigneusement que ceux qui s'y sont interessés jusqu'ici, l'auteur s'occuppe tout d'abord de savoir si le manusrcit de Kopitar peut prouver l'existence de la liturgie selon le rite oriental su sein de l'église bosniaque.
Après avoir envisagé la question dans son aspect historique (problème qui n'est pas resolu non plus) l'auteur examine la provenance des notes figurant sur le manuscrit qui déterminent la lecture de certains passages des textes liturgiques d'après les usages de l'eglise orientale. Il en tire la concusion que ces notes ("začela") ne sont pas écrites par scripteur du manuscrit, mais insérées plus tard dans un monastère orthodoxe, vraisemblablement celui de St. Pierre et Paul sur le fleuve Lim, à proximité de la ville de Prijepolje. D'après les filigranes dans le texte du calendrier mensuel, qui lui aussi, fût adjoint plus tard au texte original, l'auteur date ces inscriptions ("začela") de la fin du 15-e siècle. C'est à cause d'elles qu'on a gratté sur le parchemin presque toutes les notes synoptiques, et les usages de l'Eglise orientale ont exigé des différents changements apportés au texte original.
En partant des faits sus-mentionnés l'auteur constate que l'évangéliare bosnien de Kopitar n'apporte aucune prevue de l'existence d'une liturgie quelconque dans la "crkva bosanska"; l'auteur laisse, quand même, la question ouverte, puisque quelques sources, citées dans cette étude, indiquent qu'on pouvait pratiquer le rite oriental dans l'église bosnienne. Une contribution précieuse du manuscrit à la questin du caractère de l'église bosniaque c'est qu'il contredit, selon l'opinion de l'auteur la thèse de Solovjev selon laquelle les textes ecclesiastiques bosinaques auraient contenu des éléments indubitablement dualistes...
L'évangéliare de Kopitar démontre enfin que l'opinion selon laquelle les figures des évangélistes auraient été intenionnellement remplacées par leur symboless, est fausse. L'évangéliaire contient non seulement des symboles mais aussi les figures de deux évangélistes, tandis que là où devraient être les enluminures correspondantes dans les textes de deux autres évangélistes, le texte n'est pas complet: quelques pages manquent. D'après tout ceci l'évangéliaire bosnien de Kopitar confirme l'exactitude de la thèse de Rački qui disait qu'il n'y a aucune différence entre le texte de l'écriture des manuscrits bosinens et le texte vieux-slavon des Eglises orientale et occidentale. Quand même, le fait qu'on se servait du tétraévangéliaire pour la liturgie dans un monastére orthodoxe, contribue beaucoup à expliquer le phénomène de la continuité de l'emploi des textes bosniens ecclesiastiques en général. Pour la meilleure compréhension du raisonnement de l'auteur, l'étude contient aussi les photographies de quelques pages de l'évangéliaire, importantes ou par leur écriture ou par leurs enluminures.

Hrčak ID: 13666

URI
https://hrcak.srce.hr/13666

[hrvatski]

Posjeta: 962 *