hrcak mascot   Srce   HID

Izvorni znanstveni članak

L'Ecole d'Ochride

Blaže Koneski

Puni tekst: hrvatski, pdf (20 MB) str. 177-194 preuzimanja: 461* citiraj
APA 6th Edition
Koneski, B. (1957). Ohridska književna škola. Slovo, (6-7-8), 177-194. Preuzeto s https://hrcak.srce.hr/13738
MLA 8th Edition
Koneski, Blaže. "Ohridska književna škola." Slovo, vol. , br. 6-7-8, 1957, str. 177-194. https://hrcak.srce.hr/13738. Citirano 18.01.2020.
Chicago 17th Edition
Koneski, Blaže. "Ohridska književna škola." Slovo , br. 6-7-8 (1957): 177-194. https://hrcak.srce.hr/13738
Harvard
Koneski, B. (1957). 'Ohridska književna škola', Slovo, (6-7-8), str. 177-194. Preuzeto s: https://hrcak.srce.hr/13738 (Datum pristupa: 18.01.2020.)
Vancouver
Koneski B. Ohridska književna škola. Slovo [Internet]. 1957 [pristupljeno 18.01.2020.];(6-7-8):177-194. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/13738
IEEE
B. Koneski, "Ohridska književna škola", Slovo, vol., br. 6-7-8, str. 177-194, 1957. [Online]. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/13738. [Citirano: 18.01.2020.]

Sažetak
Examinant quel a été la place et le rôle de L'Ecole d'Ochride, l'auteur présente tout d'abord, à la lumière de recherches tant anciennes que récentes la question de l'antériorité des alphabets glagolitique ou cyrillique. Le plus probable selon lui est que le glagolitique, en tant que système organisé, est plus ancien, tandis que l´écriture grecque, dont l´alphabet cyrillique n´est qu´un copie, était en usage en Bulgaire et Macédoine avant l´invention des caractères glagolitiques. Au 19e siècle, même, les caractères grecs étaient en usage en Macédoine. L´auteur, par contre, ne veut pas suivre l´opinion du professeur Georgiev (Sofia), selon qui l´alphabet cyrillique serait plus ancien que le glagolitique en tant qu´écriture organisée. On se trouve pas de traces d´un tel événement – et d´une telle importance – dans les documents de l´époque, et il n´y avait pas en Bulgaire et en Macédoine à cette époque d´hommes capables de mener à bien un tel travail, exigeant une telle connaissance de la langue, et assez forts pour imposer le réforme. Quand même, dit l´auteur, il ne faut pas omettre la place et l´importance de l´alphabet grec à la vielle de la mission de Cyrille et Méthode. Dans l´Etat bulgare, on était habitué à employer l´écriture grecque, et cela a été la cause déterminante de la victoire de l'écriture cyrillique, copie de l'écriture grecque. Mais, cette victoire n´a pas été obtenue sans troubles et on ne peut pas suivre ceux qui pensent que l´écriture cyrillique s´est introduite lentement et sans secousse, simplement parce qu´elle était plus simple et plus acceptable. La cyrillica a été imposée certainement par une intervention de la part de l´Etat. Les réformes d´alphabet ne s´opèrent jamais sans trouble. – L´auteur présente ensuite la thèse du professeur Ilinskij, qui estime que, si l´évêque Clément (Kliment) a été exilé dans un évêche éloigné, à la frontière d´Albanie, c´est parce qu´il s´opposait à la réforme et réfusait de participer à la mise en oeuvre systématique du nouvel alphabet. Le parti grécophile était alors très fort dans l´Etat de Siméon: le roi lui-même avait reçu une éducation grecque, et les disciples de Constantin-Cyrille, dont l´arrivées en Bulgarie avait été un événement de tout premier ordre, avaient grand peine à défendre l´ oeuvre de leur maître. L´apologie de Cyrille et Méthode, écrite par le moine Hrabr est un élément des réactions provoquées par le changement d´écriture. Trois passages dans l´apologie de Hrabr méritent d´être étudiés avec soin. D´après Hrabr, le nombre de caractères ne paraissait pas satisfaisant: l´alphabet nouveau en comptait 38, et on pouvait écrire avec des caractères moins nombreux; on prétendait que les caractères slaves n´étaient pas créés par Dieu ni institués aux temps anciens; et la réponse de Hrabr à ce dernier reproche est que ces caractères ont été créés par un saint homme, et non par les paiens grecs. Ces mots ne peuvent concerner que l´écriture cyrillique. Il est probable que l´apologie de Hrabr a été écrite avant l´adoption définitive de l´écriture cyrillique comme écriture officielle, dans une période où l´on employait les caractères grecs. Si l´on accepte cette hypothèse, l´écrit de Hrabr serait la réaction la plus directe à la lutte pour la réforme de l´alphabet dans l´Etat de Siméon. L´écriture cyrillique sortit victorieuse de cette lutte, parce que sa tradition continuait celle des caractères grecs. Dans cette perspective l´alphabet glagolitique était un élément nouveau, sans tradition. Ilinskij croit que le tzar Siméon voyait dans l´acceptation de la langue slave et dans l´adoption de l´écriture grecque, alors en usage en Bulgarie et Macedoine, un compromis et une vraie réforme. L´auteur ne partage pas cette opinion: le compromis ne concernait pas l´introduction de la langue, mais la systématisation de l´alphabet, celui, au lieu de 24 caractères alors en usage, en compterait désormais 38, et la cyrillica devenait, quant au système de langue et d´écriture, une copie de l´écriture glagolitique.
Mais il est également sûr que les disciples de Cyrille et Méthode n´acceptèrent pas ce compromis sans s´y opposer. Ils fondèrent en Macédoine un foyer de littérature glagolitique. L´Ecole d´Ochride autour de Clément et Naum, tentend perpétuer la tradition cyrillo-méthodienne, cela beaucoup plus que l´Ecole de Préslav, formée au centre de l´Etat bulgare. L´influence de l´Ecole de Préslav se manifeste par une révision de la traduction cyrillo-méthodienne de la Sainte Ecriture: on comparait des passages avec l´original grec, on remplaçait les expressions macédoniennes et pannoniennes par des termes bulgares. On est obligé de constater que ces modifications ont altéré la traduction de Cyrille et Méthode qui était plus librement adaptée aux caractéristiques de la langue slave. Mais, on peut aussi (et c´est ce qu´on perd assez souvent de vue) considérer cet effort pour rapprocher la traduction slave du texte grec comme un signe du développement d´un nouveau slave littéraire plus propice à un tel rapprochement. En tous cas, les innovations de se genre sont une des caractéristiques de l´Ecole de Préslav. L´Ecole d´Ochride, au contraire, avait une position très nette: elle défendait, avec décision, l´oeuvre de SS Cyrille et Méthode et les traditions cyrillo-méthodiennes. Par l´intermédiaire de l´Ecole d´Ochride les textes plus anciens passèrent dans les pays voisins, en Bosnie. C´est un fait de grande importance pour la littérature bogomile, qui – selon l´auteur – est lié an mouvement de prêtre Bogomil – mouvement qui, au 10e siècle, était devenu très fort en Macédoine.

Hrčak ID: 13738

URI
https://hrcak.srce.hr/13738

[hrvatski]

Posjeta: 1.773 *