hrcak mascot   Srce   HID

Izvorni znanstveni članak

Les années documents cyrilliques de Dubrovnik

Josip Vrana

Puni tekst: hrvatski, pdf (30 MB) str. 311-334 preuzimanja: 345* citiraj
APA 6th Edition
Vrana, J. (1957). Tko je pisao najstarije dubrovačke ćirilske isprave. Slovo, (6-7-8), 311-334. Preuzeto s https://hrcak.srce.hr/13748
MLA 8th Edition
Vrana, Josip. "Tko je pisao najstarije dubrovačke ćirilske isprave." Slovo, vol. , br. 6-7-8, 1957, str. 311-334. https://hrcak.srce.hr/13748. Citirano 26.01.2020.
Chicago 17th Edition
Vrana, Josip. "Tko je pisao najstarije dubrovačke ćirilske isprave." Slovo , br. 6-7-8 (1957): 311-334. https://hrcak.srce.hr/13748
Harvard
Vrana, J. (1957). 'Tko je pisao najstarije dubrovačke ćirilske isprave', Slovo, (6-7-8), str. 311-334. Preuzeto s: https://hrcak.srce.hr/13748 (Datum pristupa: 26.01.2020.)
Vancouver
Vrana J. Tko je pisao najstarije dubrovačke ćirilske isprave. Slovo [Internet]. 1957 [pristupljeno 26.01.2020.];(6-7-8):311-334. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/13748
IEEE
J. Vrana, "Tko je pisao najstarije dubrovačke ćirilske isprave", Slovo, vol., br. 6-7-8, str. 311-334, 1957. [Online]. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/13748. [Citirano: 26.01.2020.]

Sažetak
Parmi les documents cyrilliques qui se trouvent aux Archives de la ville de Dubrovnik une place réellement importante revient aux 9 documents datés de la 1ère et du commencement de la 2e moitié du 13e siècle, documents écrits en mauvais croate. Les chercheurs jusqu'à présent (Rešetar, Jiriček, Čremošnik) ont établi que ces documents provenaient de la noblesse de Dubrovnik, noblesse d'origine romane, mais ils n'ont pas reussi à trouver qui les avait écrit. En comparant les documents de l'an 1215 du Grand Joupan Stéphane avec leur traduction latine, ainsi que par l'analyse du matériel, de la manière d'écrire, de l'écriture et de la langue des deux documents, l'auteur de cet article a établi que non seulement la traduction latine, mais aussi le texte cyrillique ont été écrits par le notaire latin de Dubrovnik Pascalis, qui fut au service de la commune de Dubrovnik de 1228 à 1266, et peut-être encore les années suivantes. Outre ces deux documents, pascalis a écrit les sept documents cyrilliques conservés aux Archives de la ville.
N° 2: une lettre de la commune de Dubrovnik au roi Vladislav de l'an 1238/40
N° 3: une lettre de la commune de Dubrovnik au roi Uroš de l'an 1243;
N° 4: une charte du ban Mathias Ninoslav de l'an 1240;
N° 5: une charte du ban Mathias Ninoslav de l'an 1249;
N° 6: une charte de Odola Predenić de l'an 1248;
N° 7: une charte du roi Uroš de l'an 1252;
N° 8: une charte du joupan Radoslav de l'an 1254.
Le 9e document, c.-à.-d. de traité conclu entre la commune de Dubrovnik et l'empereur Michel-Assen en 1253 n'a pas été écrit par Pascalis, mais par une autre scribe, inconnu. Par l'analyse de l'orthographie et de la langue des documents écrits par Pascalis, l'auteur a établi que les no. 2, 3, 4, 5, 6, sont des documents originaux. Le no 1 est une copie faite par Pascalis après 1250. Le document no 7 est aussi une copie, et le no 8 une minute sur laquelle le scribe du Joupan Radoslav a fixé 1e texte d'une charte définitive.
Les documents cyrilliques de Pascalis ont été écrits en une écriture qui fait transition entre l'écriture dite "constitutionnelle" à minuscules, et l'écriture d'alors, dit à démi-minuscules. Parmi les chercheurs, un certain nombre admettent que la chancellerie de Dubrovnik a pu être le centre d'où cette écriture est sortie. Après avoir comparé l'écriture de Pascalis et celle des scribes contemporains de Rascie, l'auteur est porté à la conclusion que Dubrovnik et les environs de la ville n'étaient pas seuls à connaître les demo-minysculles; Dubrovnik et sa région ont été toutefois un centre important de cette manière d'écrire et cela, grâce aux traditions beaucoup plus fortes qu'en avait le centre de Rascia. Pour l'auteur, les demi-minyusculles cyrilliques se sont développées organiquement à partir de l'écriture cyrillique "constitutionelle", mais leur développement a été influencé également par les minuscules latines (transition du système de 2 lignes au système de 4 lignes). L'hypothèse la plus vraisemblable est que cette écriture s'est développée dans les régions côtières, et ne fut transportée en Rascie que plus tard. En, tous cas, le notaire latin de Dubrovnik, Pascalis, a été une des personnalités les plus marquantes parmi celles qui se sont servis de cette écriture.

Hrčak ID: 13748

URI
https://hrcak.srce.hr/13748

[hrvatski]

Posjeta: 717 *