hrcak mascot   Srce   HID

Izvorni znanstveni članak

Quelques remarques sur la phytonymie Adriatique

Nada Vajs

Puni tekst: hrvatski, pdf (287 KB) str. 123-132 preuzimanja: 112* citiraj
APA 6th Edition
Vajs, N. (1994). Iz jadranske fitonimije. Folia onomastica Croatica, (3), 123-132. Preuzeto s https://hrcak.srce.hr/158628
MLA 8th Edition
Vajs, Nada. "Iz jadranske fitonimije." Folia onomastica Croatica, vol. , br. 3, 1994, str. 123-132. https://hrcak.srce.hr/158628. Citirano 09.12.2019.
Chicago 17th Edition
Vajs, Nada. "Iz jadranske fitonimije." Folia onomastica Croatica , br. 3 (1994): 123-132. https://hrcak.srce.hr/158628
Harvard
Vajs, N. (1994). 'Iz jadranske fitonimije', Folia onomastica Croatica, (3), str. 123-132. Preuzeto s: https://hrcak.srce.hr/158628 (Datum pristupa: 09.12.2019.)
Vancouver
Vajs N. Iz jadranske fitonimije. Folia onomastica Croatica [Internet]. 1994 [pristupljeno 09.12.2019.];(3):123-132. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/158628
IEEE
N. Vajs, "Iz jadranske fitonimije", Folia onomastica Croatica, vol., br. 3, str. 123-132, 1994. [Online]. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/158628. [Citirano: 09.12.2019.]

Sažetak
Le but que ces remarques se proposent est d'attirer l'attention des linguistes et du
public compétent sur le fait que nous ne disposons pas d'un inventaire embrassant la totalité
des noms de plantes pour les diverses régions croates et que — par conséquent —
nous sommes encore loin de la rédaction d'un Dictionnaire étymologique de la phytonymie croate. Pour l'illustration de l'état actuel des recherches synchroniques et diachroniques et des travaux préparatoires qu'il faudrait faire, on a pris la région côtière, de l'Istrie aux Bouches de Kotor, c'est-à-dire les parlers de l'Adriatique orientale. Les noms de plantes faisant partie du lexique "attaché au sol", la phytonymie croate du littoral est elle-même caractérisée par la diversité des strates linguistiques. A côté du fonds croate on y peut déceler plusieurs couches romanes et tout particulièrement les noms que le croate doit à l'ancien dalmate (broskva, kapula, etc.). C'est grâce à l'intermédiaire de cette même langue, aujourd'hui disparue, que nous avons gardé plusieurs termes que la, population des villes romanisées avait empruntés au grec byzantin (orkula). Bien entendu, la part du vénitien est de beaucoup la plus importante, mais ces éléments sont diversement adaptés dans les parlers urbains et dans la campagne. Enfin, les noms d'importation toute récente trouvent eux-aussi — avec l'adaptation immanquable au système local — leur place dans le lexique courant (boguvila).

Hrčak ID: 158628

URI
https://hrcak.srce.hr/158628

[hrvatski]

Posjeta: 166 *