Skoči na glavni sadržaj

Izvorni znanstveni članak

FRESQUES ROMANES DU VILLAGE DE SRIMA PRÈS DE ŠIBENIK

Frano Dujmović
Cvito Fisković


Puni tekst: hrvatski pdf 8.967 Kb

str. 12-40

preuzimanja: 987

citiraj

Puni tekst: francuski pdf 592 Kb

str. 181-182

preuzimanja: 177

citiraj


Sažetak

Le village médiéval de Srima, situé près de Šibenik, dont nous parle F. Dujmović, est mentionné au début du XIVe siècle. Mais cette région fertile était sans doute peuplée à une époque antérieure comme en témoignent les monuments romains et paléochrétiens existant à cet endroit. Le village faisait partie intégrante de l’ancien comitat (župa) croate de Luka et devait être, plus tard, incorporé à la commune médiévale de Šibenik. Vers la fin du XIVe siècle il formait l’un des seize comitats villageois du diocèse de Šibenik. S’occupant d’agriculture, ses habitants vivaient comme colons au service de nobles, de l’église et des riches citoyens de Šibenik. Les Turcs ayant envahi la région, la population habitant la péninsule commença à se réfugier dans la ville fortifiée de Šibenik. L’ancien village médiéval se dépeuplant graduellement au cours du XVIe siècle ne fut pas renové, même quand, vers la fin du XVIIe siècle, il n’y avait plus de danger immédiat des Turcs. Les paysans demeurant à l’intérieur des murailles de Šibenik continuèrent à cultiver le sol en négligeant complètement la construction de leur village. Ils ne bâtissaient que des étables et de petites maisons de campagne leur servant de refuge pendant leurs travaux champêtres.
L’ancienne église médiévale reste isolée en haut du mont avec le vieux cimitière. Son style roman, simple, est surtout apparent dans le portail comportant un tympan semi-circulaire. C. Fisković décrit le style de cette modeste architecture des XIIe et XIIIe siècles, de même que la fresque découverte en 1959, dans l’abside de l’église. La fresque représente la Viere et l’Enfant entourés de St. Guy et de St. Georges. Tous les personnages sont d’une raideur byzantine, de même que leurs vêtements. A côté de la Vierge et de l’Enfant apparaissent les sigles de leurs noms en lettres grecques, tandis que ceux des saints sont en lettres latines. Le nom de St. Guy est écrit sous la forme croate de S. Vid. D’après son style roman, la fresque peut être datée de la fin du XIIème siècle et du début du XIIIème. Peut-être est – ce l’ouevre d’un maître local qui connaissait les règles et les effets de la peinture murale romane européenne mais qui a travaillé avec un certain retard.
La fresque est très intéressante du point de vue iconographique car, à côté de St. Guy, protecteur contre le tonnerre et l’incendie, le feu est représenté et, auprès de St. Georges – motif très rare – figure un paysan labourant avec sa charrue et deux boeufs. Au moyen-âge St. Georges était vénéré en tant que protecteur des paysans et c’est comme tel qu’on le mentionne aujourd’hui encore dans le folklore de Dalmatie. Le paysan en costume régional est un précieux jalon sur la route de l’étude des costumes médiévaux.

Ključne riječi

Hrčak ID:

147261

URI

https://hrcak.srce.hr/147261

Podaci na drugim jezicima: hrvatski

Posjeta: 1.700 *