Skoči na glavni sadržaj

Izvorni znanstveni članak

Dubrovnik et la Bosnie hérétique dans la première moitié du XIIIe siècle

Miroslav Brandt


Puni tekst: hrvatski pdf 10.840 Kb

str. 27-57

preuzimanja: 359

citiraj


Sažetak

Le pape Innocent III, dans une lettre de 1246, déclenche une enquête pour vérifier les accusations lancées contre l’archevêque de Dubrovnik d’avoir, en 1230, consacré pour l’évêque de Bosnie un hérétique néomanichéen (bogomile) dont la réputation hérétique lui était bien connue. Ces accusations s’etant avérées, une décision papale de 1247 supprime les droits métropolitaines de Dubrovnik sur l’evêché de Bosnie et attache la diocèse bosniaque à l’archevêché hongroise de Kaloča.
L’auteur examine les causes de ce comportement étonnant d’un prélat catholique qui ne pouvait pas avoir des intérêts religieux d’aider un movement hérétique chez les voisins et compatriotes de Dubrovnik les plus proches. Les analyses des documents disponibles permetent les résultats suivants: Dubrovnik a mené, depuis l’an 1205, c’est à dire de l'époque où il était obligé-comme résultat de la chute dé l’Empire byzantin — de reconnaître la suprématie vénitienne, une lutte tenace pour éluder ce droit de suprématie, pour le render plutôt nominale ou, dans les conditions propices, même pour le supprimer. Dans ce but, Dubrovnik cherchait à développer et affirmer ses institutions et ses organes d’autonomie urbaine pour mater l’influence du duc, obligatoirement nommé par les autorités de Venise. Trois fois jusq’à 1251, les Ragusain ont réussi de remplacer — pour un court délai de quelques mois — le duc étranger par les fonctionnaires de ses propres rangs. En même temps, Dubrovnik développait san activité commerciale en Bosnie, en Serbie et dans d’autres régions
de l’interieur des Balkans. Dans de tels circonstances, Dubrovnik était vivement intéressé pour 1’ indépendence politique de Bosnie, qui est l’arrière-pays immédiat de son territoire et le marché le plus proche pour le commerce de Dubrovnik. Mais c’était justement l’époque où l’Hongrie essaye de subjuger la Bosnie, de même qu’elle, en même temps, cherche à renforcer les elements de son influence et de son pouvoir dans les régions pannoniennes et dalmatiennes de la Croatie. La lutte de Bosnie contre la pénétration hongroise était aidée par un hérétisme bogomile très répandu parmi le peuple et les féodaux bosniaques.
Malgré leur orientation catholique incontestable, les Raguséens ont trouvé utile d’aider même une hérésie pour que la résistance bosniaque devienne plus efficace et que la pénétration hongroise soit repoussée. En prêtant son aide à la Bosnie dans sa lutte pour l’indépendence politique, Dubrovnik a réussi de s’assurer l’obligation de la part du ban de Bosnie de l’aider contre les rois de Raška (Serbie) qui, en cet époque, visaient à subjuger te territoire de Dubrovnik. Dans ces conditions, la consécration d’un évêque hérétique en Bosnie, éfectuée par 1e métropolitain catholique de Dubrovnik en 1230 est à expliquer par une politique d’entre-aide ragusèo-bosniaque contre les forces politique voisines qui, par ses projets de pénétration vers tes côtes de l’Adriatique, menaçaient tes intérêts vitauxdes deux contractants.

Ključne riječi

Dubrovnik, Bosnie, XIIIe siècle

Hrčak ID:

244827

URI

https://hrcak.srce.hr/244827

Podaci na drugim jezicima: hrvatski

Posjeta: 569 *