hrcak mascot   Srce   HID

Izvorni znanstveni članak

La société civile mondiale comme concept et pratique dans les processus de mondialisation

Dragica Vujadinović ; Sveučilište u Beogradu, Pravni fakultet, Beograd, Srbija

Puni tekst: engleski, pdf (466 KB) str. 79-99 preuzimanja: 1.066* citiraj
APA 6th Edition
Vujadinović, D. (2009). Global Civil Society as Concept and Practice in the Processes of Globalization. Synthesis philosophica, 24 (1), 79-99. Preuzeto s https://hrcak.srce.hr/41156
MLA 8th Edition
Vujadinović, Dragica. "Global Civil Society as Concept and Practice in the Processes of Globalization." Synthesis philosophica, vol. 24, br. 1, 2009, str. 79-99. https://hrcak.srce.hr/41156. Citirano 19.10.2019.
Chicago 17th Edition
Vujadinović, Dragica. "Global Civil Society as Concept and Practice in the Processes of Globalization." Synthesis philosophica 24, br. 1 (2009): 79-99. https://hrcak.srce.hr/41156
Harvard
Vujadinović, D. (2009). 'Global Civil Society as Concept and Practice in the Processes of Globalization', Synthesis philosophica, 24(1), str. 79-99. Preuzeto s: https://hrcak.srce.hr/41156 (Datum pristupa: 19.10.2019.)
Vancouver
Vujadinović D. Global Civil Society as Concept and Practice in the Processes of Globalization. Synthesis philosophica [Internet]. 2009 [pristupljeno 19.10.2019.];24(1):79-99. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/41156
IEEE
D. Vujadinović, "Global Civil Society as Concept and Practice in the Processes of Globalization", Synthesis philosophica, vol.24, br. 1, str. 79-99, 2009. [Online]. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/41156. [Citirano: 19.10.2019.]

Sažetak
De récents débats ont reconsidéré les processus de mondialisation, élargissant le discours théorique afin d’étendre la notion de société civile mondiale.
La notion et la pratique de société civile ont été mondialisées de façon à refléter les processus empiriques d’inter-connexion des sociétés et de formation d’une société mondiale. D’un point de vue normatif et mobilisateur, les militants et les théoriciens de la société civile soulignent le besoin de défendre la société mondiale de la menace d’une guerre nucléaire mondiale, des catastrophes écologiques, du crime et de la violence, puis de la domination des grands pouvoirs sur le sort de certains pays et sociétés, c’est-à-dire le besoin de s’opposer à une « politique du pouvoir » à l’échelle mondiale et de défendre l’autonomie d’une société (mondiale) compatible avec l’expansion des politiques fondées sur le règne de la loi mais incompatible avec des politiques de la force, des raisons d’État et de domination des pôles de pouvoir.
Les processus de mondialisation mènent à la confrontation et/ou au métissage assimilateur de civilisations et de cultures, ainsi qu’à des tendances controversées : d’une part, à des tentatives d’instauration d’institutions politiques internationales et d’adoption des conventions internationales en matière de droits de l’homme, de protection des valeurs démocratiques, de lutte contre le terrorisme et de différentes formes de ségrégation, avançant vers une standardisation mondiale de la culture des droits de l’homme et de l’ordre politique et juridique démocratique ; d’autre part, à la hausse de la xénophobie, des particularismes, de l’ethnonationalisme, des guerres civiles, des menaces écologiques, du terrorisme à l’échelle mondiale, de la menace de la famine, de la menace nucléaire, de nouvelles maladies etc.
La victoire contemporaine des valeurs libérales et démocratiques est un aboutissement positif, mais elle s’accompagne de la question controversée de souveraineté, de délabrement urbain, de racisme, de nettoyage ethnique, de xénophobie, de défaut de légitimité politique (à l’Occident). À l’échelle mondiale, cet aboutissement s’accompagne d’une injustice globale, de pauvreté, de dangers écologiques, d’épidémies mortelles, d’oppression des minorités, d’une croissance non maîtrisée de la population, de déséquilibre de pouvoir politique et économique, de terrorisme à l’échelle mondiale, de la menace nucléaire etc.
La société civile mondiale comporte trois dimensions : 1.) phénomène empirique de relations sociales et d’interconnexions ; 2.) mobilisation, une force structurante du projet/vision ; 3.) acteurs sociaux (mouvements) au niveau mondial/transnational.
L’anti-mondialisation est un mouvement qui tente d’agir à l’encontre des aspects négatifs de la mondialisation. Même si les adeptes de ce mouvement agissent souvent de concert, le mouvement en soi est hétérogène et englobe des visions, des stratégies et des tactiques diverses et parfois opposées. Ainsi, des termes plus nuancés impliquent une mondialisation alternative, anti-capitaliste/anti-corporatiste. Ses acteurs peuvent utiliser des expressions positives telles que la ‘justice mondiale’, le ‘mouvement pour un commerce équitable’, le ‘mouvement pour la Justice et la Solidarité Mondiale’, le ‘Mouvement des Mouvements’, ou simplement ‘Le mouvement’, ou encore le ‘mouvement anti-corporatiste capitaliste’.
De manière générale, le mouvement anti-mondialiste n’est pas une opposition à la mondialisation en soi mais à une certaine façon dont cette mondialisation se déroule, à savoir le processus de mondialisation néo-libéral. Dans ce sens, nombre de représentants du Mouvement préfèrent être appelés alter-mondialistes.

Ključne riječi
société civile; société civile mondiale; processus de mondialisation; mouvement anti-mondialisation

Hrčak ID: 41156

URI
https://hrcak.srce.hr/41156

[hrvatski] [engleski] [njemački]

Posjeta: 2.573 *