hrcak mascot   Srce   HID

Izvorni znanstveni članak

André Gide : L’homosexualité à la première personne – le « tout dire », la postérité et le « gay pride » pas assez « gay ».

Maja Zorica Vukušić
André Gide

Puni tekst: francuski, pdf (416 KB) str. 191-227 preuzimanja: 2.541* citiraj
APA 6th Edition
Vukušić, M.Z. i Gide, A. (2011). André Gide : L’homosexualité à la première personne – le « tout dire », la postérité et le « gay pride » pas assez « gay ».. Studia Romanica et Anglica Zagrabiensia, 56 (-), 191-227. Preuzeto s https://hrcak.srce.hr/101815
MLA 8th Edition
Vukušić, Maja Zorica i André Gide. "André Gide : L’homosexualité à la première personne – le « tout dire », la postérité et le « gay pride » pas assez « gay ».." Studia Romanica et Anglica Zagrabiensia, vol. 56, br. -, 2011, str. 191-227. https://hrcak.srce.hr/101815. Citirano 22.11.2019.
Chicago 17th Edition
Vukušić, Maja Zorica i André Gide. "André Gide : L’homosexualité à la première personne – le « tout dire », la postérité et le « gay pride » pas assez « gay ».." Studia Romanica et Anglica Zagrabiensia 56, br. - (2011): 191-227. https://hrcak.srce.hr/101815
Harvard
Vukušić, M.Z., i Gide, A. (2011). 'André Gide : L’homosexualité à la première personne – le « tout dire », la postérité et le « gay pride » pas assez « gay ».', Studia Romanica et Anglica Zagrabiensia, 56(-), str. 191-227. Preuzeto s: https://hrcak.srce.hr/101815 (Datum pristupa: 22.11.2019.)
Vancouver
Vukušić MZ, Gide A. André Gide : L’homosexualité à la première personne – le « tout dire », la postérité et le « gay pride » pas assez « gay ».. Studia Romanica et Anglica Zagrabiensia [Internet]. 2011 [pristupljeno 22.11.2019.];56(-):191-227. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/101815
IEEE
M.Z. Vukušić i A. Gide, "André Gide : L’homosexualité à la première personne – le « tout dire », la postérité et le « gay pride » pas assez « gay ».", Studia Romanica et Anglica Zagrabiensia, vol.56, br. -, str. 191-227, 2011. [Online]. Dostupno na: https://hrcak.srce.hr/101815. [Citirano: 22.11.2019.]

Sažetak
Du Secret à l’authenticité, celui qui a été connu comme moraliste va être amené à
produire une nouvelle définition de sa sincérité. Ce concept-là, difficile, littéraire, répétitif,
qui mène d’autrui à soi-même, n’assure pas une cohésion du sujet que le Monde
pourrait « dés/approuver ». Eu égard au « Secret » de son homosexualité (uranisme,
pédérastie), l’avènement de cette parole (et sa dénomination même) n’est pas sans
conséquences. L’appropriation d’une identité homosexuelle va poser la question des
formes et des gestes qui accompagnent sa « sortie du placard », inexplicable aux yeux
du Monde. Ses écrits rappellent que le mot même d’« expérience » vient du latin « experiri
», éprouver, et que « periri » se retrouve dans « periculum », péril, danger. Ainsi
l’expérience est-elle ici rapprochée de son étymologie, elle est l’épreuve d’un danger3.
Il faut circonscrire l’objet pensable nommé « homosexualité », « pédérastie », « uranisme » ou « inversion » tout d’abord en posant la question du vocabulaire, de la
dénomination et de la description. Comment parler de l’homme qui « n’aime pas les
femmes » (Vautrin) ? Dans un second temps, l’analyse du discours va comprendre la
caractérisation et la modalisation qui est aussi une modélisation. Dans la constitution
des fantasmes autour de l’homosexualité, dans le rire et l’horreur qu’elle provoque,
la voie est courte de la désignation à la déformation, de la connaissance à l’invention
et de la réalité à l’imaginaire. Enfin, il faudrait analyser non seulement la parole de
Gide sur l’homosexuel, mais aussi comme une parole qui aspire au statut de témoignage,
comme une parole d’homosexuel, de son journal jusqu’à Si le grain ne meurt
en passant par Corydon. Cette parole va se heurter nécessairement à la question de la
publication et ce que ce geste même sous-entend. Le misérabilisme ou l’auto–dérision
de code n’ont rien à voir avec la rhétorique militante de Corydon ni avec le « je » gidien.
L’homosexualité va se dire chez Gide à la première personne, mais elle va être mobilisée
pour raconter le mythe de l’écrivain qui veut délimiter ses propos sur l’homosexualité
de ceux de ses prédécesseurs et de ses contemporains, notamment Proust.
Ipso facto les efforts de Gide de s’ériger en autorité pour pouvoir gérer les gestes de la
revendication d’une identité pédéraste, selon lui, supérieure4, et de tracer une figure
particulière de la postérité, vont introduire une multitude des stratégies d’écriture
divergentes qui ne se réduisent pas à la pratique d’une simple « sortie du placard ».

Ključne riječi
l`homosexualité; la première personne; le « tout dire »; la postérité; le « gay pride »

Hrčak ID: 101815

URI
https://hrcak.srce.hr/101815

Posjeta: 2.762 *