Skoči na glavni sadržaj

Izvorni znanstveni članak

https://doi.org/10.21464/sp31212

Voir avec trois yeux. Le barzakh d’Ibn al-ʽArabī et la situation mondiale contemporaine

Sara Sviri ; The Hebrew University of Jerusalem, Department of Arabic Language and Literature, Mount Scopus Campus, IL–9190501 Jerusalem


Puni tekst: hrvatski pdf 522 Kb

str. 385-393

preuzimanja: 198

citiraj

Puni tekst: engleski pdf 522 Kb

str. 385-393

preuzimanja: 283

citiraj

Puni tekst: francuski pdf 522 Kb

str. 385-393

preuzimanja: 151

citiraj

Puni tekst: njemački pdf 522 Kb

str. 385-393

preuzimanja: 398

citiraj


Sažetak

L’auteur de ce travail entreprend d’écrire sur le mystère du barzakh, dans et à partir de la perspective d’Ibn al-ʽArabī. La perspective d’Ibn al-ʽArabī observe les choses sur la base de trois dimensions : deux dimensions, celle du positif et celle du négatif, qui nous sont proches car notre perception quotidienne binaire reposent sur elles, et une troisième dimension en plus, qui n’appartient ni à l’une ni à l’autre. C’est la dimension du barzakh, que l’on pourrait appeler de tertiaire car elle unit et inclut les deux dimensions qui nous sont bien connues. « Voir » la troisième dimension du barzakh n’est pas accessible à la perception binaire ordinaire; elle est accessible, selon Ibn al-ʽArabī, seulement à ceux qui possèdent une qualité particulière dans « le voir » : ce sont des al-kashfs, ceux qui, pour ainsi dire, « voient » avec trois yeux. Néanmoins, il existe entre les perceptions binaires et tertiaires/unissantes une intime et omnipré- sente connexion de l’ordre d’une tension dynamique qui révèle tous les niveaux de l’existence, conscients ou inconscients. En d’autres termes, bien que le barzakh appartienne à la dimension mystique du « troisième », il est est fortement présent et exerce son influence en tout lieu. Il se manifeste comme une fonction cognitive que Ibn al-ʽArabī nomme « imagination » (al-khayāl). Pour lui, l’imagination-barzakh est la plus puissante des fonctions cognitives présentes dans la constitution de l’Homme et repose sur un paradoxe : elle forme tout ce qui conçoit le « cela/cela n’est pas ». De même, Dieu, pensé à partir de cette perspective est « Lui/n’est pas Lui ». Sur la base du champ cognitif qui est apparu à partir de l’idée de l’imaginative-barzakh-tertiaire, je pense qu’il est question du concept de coincidentia oppositorum (« l’unité des opposés », al-jamʽ bayna al-ḍiddayn). Enfin, j’applique les idées qui découlent de la perspective d’Ibn al-ʽArabī à la question des « identités » et aux dilemmes éthiques de notre monde contemporain.

Ključne riječi

apophasie, barzakh, perception binaire, coincidentia oppositorum, Ibn al-ʽArabī, imagination, paradoxe, perception tertiaire

Hrčak ID:

185362

URI

https://hrcak.srce.hr/185362

Podaci na drugim jezicima: hrvatski engleski njemački

Posjeta: 1.642 *